Aller au contenu
Attention: Pour améliorer votre expérience sur ce site web, nous utilisons des cookies.
Menu
Login rédaction

Formulaire de soins aux Personnes Agées

Ulcère de jambe d’origine veineuse (ulcère veineux)

Littérature consultée à la date du : 31/01/2017

  • Les bas de contention et les bandages élastiques sont un premier choix dans le traitement de l’ulcère de jambe.
  • Les pansements cutanés spécifiques (colloïdes, alginates, occlusifs, semi-occlusifs) ne semblent pas plus efficaces que des pansements simples, à faible adhérence ou sans adhérence.
  • La pentoxifylline peut éventuellement être ajoutée à la contention. 

Traitement

Sélectionné

Efficacité

  • Les bas de contention et les bandages élastiques sont un premier choix dans le traitement de l’ulcère de jambe par insuffisance veineuse$​​​​​​​​​​​​​​. Une synthèse méthodique a montré une meilleur taux de guérison des plaies grâce au port de bas de contention et de bandages élastiques par rapport à l’absence de compression$​​​​​​​​​​​​​​.
  • Etablir une différence d’efficacité entre les bas de contention et les différents types de bandages élastiques est difficile sur base des preuves actuelles$​​​​​​​​​​​​​​$​​​​​​​​​. 
    • La qualité d’un bandage de contention dépend fortement de l’habileté de la personne qui pose ce bandage. 
    • Une compression adéquate semble plus fréquemment obtenue avec un bandage multicouche à 2 composantes, versus bandage élastique à couche unique ou bandage non élastique (bandages placés par des infirmières à domicile, au Danemark)$​​​​​​​​​​​​​​.
    • Une RCT plus récente ne montre pas de différence en termes de guérison de l’ulcère de jambe veineux entre deux couches de bas et un bandage 4 couches, deux traitements avec compression importante (40 mmHg à la cheville). Les 2 couches de bas semblaient moins bien tolérées chez les personnes âgées$​​​​​​​​​.
    • Le port de deux bas de compression superposés est aussi efficace qu’un bandage de compression à 4 couches, avec une plus grande facilité d’emploi théorique mais une tolérance peut-être moindre$​​​​​​​​​​​​​​.
  • Une compression thérapeutique trop importante chez des personnes ayant une mauvaise circulation artérielle au niveau des membres inférieurs peut entrainer une ischémie et des lésions tissulaires$​​​​​​​​​​​​​​$​​​​​​​​​​​​​​. Une compression insuffisante n’est pas efficace et peut ralentir la guérison des plaies$​​​​​​​​​​​​​​. 

Conclusion

Il paraît important d’assurer une compression thérapeutique ni trop importante (en cas de mauvaise circulation artérielle concomitante) ni trop faible, un bandage à au moins 2 composantes ayant la préférence, l’expérience de la personne plaçant le bandage étant un facteur primordial.

  • Sur base des preuves actuelles, les pansements cutanés spécifiques (colloïdes, alginates, occlusifs, semi-occlusifs) ne semblent pas plus efficaces que des pansements simples, à faible adhérence ou sans adhérence, dans le traitement d’un ulcère veineux$​​​​​​​​en termes de pourcentage de guérison et de réduction de la surface de l’ulcère$​​.
  • La Revue Prescrire conclut aussi à l’absence d’efficacité supérieure d’un type particulier de pansement, en soulignant que le confort, la praticité et le coût pour le patient ou pour la collectivité sont des éléments à prendre en compte lors du choix. Pour ces critères, ce sont les pansements interface siliconés, les pansements vaselinés et les pansements hydrocolloïdes qui semblent les plus intéressants$​​​​​​​​.

Médicaments sélectionnés

A prendre en considération

  • Une compression pneumatique intermittente semble utile pour le traitement d’un ulcère veineux en termes de guérison de cet ulcère$​​.
  • L’intérêt d’un recours à cette technique en ajout aux bandages de compression reste à déterminer.

  • La pentoxifylline orale semble plus efficace qu’un placebo: les résultats d’une méta-analyse montrent que l’utilisation de pentoxifylline (1.200 à 2.400 mg par jour), associée à un traitement par compression (bas de contention ou bandages élastiques) a permis la guérison de davantage de plaies après 8 à 24 semaines de traitement$​​.
  • La pentoxifylline seule, sans compression, s’est également montrée plus efficace qu’un placebo$​​.
  • Nous ne savons pas si la pentoxifylline seule est plus efficace qu’un traitement par compression. 
  • La pentoxifylline peut provoquer des effets indésirables, surtout gastro-intestinaux$​​.

Non sélectionné

Une synthèse méthodique de la Cochrane Collaboration conclut en 2015 à l’absence de RCT montrant les preuves de l’efficacité de la technique de pression négative comme traitement primaire d’ulcères veineux de jambe$​​​​.

En cas d’ulcère veineux, les antimicrobiens topiques ne semblent pas plus efficaces qu’un placebo$​​​​​​​.
Les preuves sont donc insuffisantes pour en recommander l’utilisation$​​.

 

  • L’efficacité des veinotropes dans le traitement des ulcères veineux n’est pas établie$​​.
  • Une méta-analyse de 5 études montre une tendance en faveur de l’ajout d’un traitement par flavonoïdes à un traitement par compression en termes de guérison de plaie après 2 mois$​​.
  • Trois petites études avec les rutosides, associés ou non à une compression, n’ont pas montré de différence significative entre les rutosides et le placebo en termes de guérison de plaie après 6 à 12 semaines$​​.

L’acide acétylsalicylique n’a fait l’objet que d’une petite étude méthodologiquement faible dans cette indication ; les résultats sont peu fiables$​​​.

Une synthèse méthodique de la Cochrane Collaboration conclut que l’administration orale de sulfate de zinc ne semble pas favoriser la guérison d’un ulcère veineux (ou artériel de jambe, dans de petites études avec un risque de biais peu clair à l’absence probable$​​.