Aller au contenu
Attention: Pour améliorer votre expérience sur ce site web, nous utilisons des cookies.
Menu
Login rédaction

Formulaire de soins aux Personnes Agées

MRSA

Littérature consultée à la date du : 31/03/2017

  • Des recommandations précises ont été formulées pour la Belgique pour la prévention des infections à MRSA en MR(S) ainsi que pour l’éradication de ce microbe et le traitement des infections qu’il provoque.

Traitement

Sélectionné

Plusieurs mesures sont proposées pour éviter la propagation et la sélection de résistance des HCA-MRSA ("healthcare-associated MRSA"). Nous ne disposons cependant pas d’évaluation rigoureuse pour la prévention et le contrôle de la transmission des infections à MRSA dans les MRS$​​​​​​​​​​​​​​.

La transmission se fait surtout par les mains du personnel soignant. Chaque résident ou dispensateur de soins de santé doit être considéré comme un porteur potentiel$​​​​​​​​​​​​​​$​​​​​​​​​​​​​​. Le médecin coordinateur et conseiller et l’infirmière responsable occupent une position centrale pour mener une politique cohérente d’hygiène dans la MRS. Dans l’intérêt du résident, en collaboration avec tous les médecins traitants et autres acteurs de la maison de repos, le MCC doit viser à un contrôle optimal de la problématique MRSA dans l’institution. La persévérance dans ce domaine est de mise, des programmes éducatifs et d’audit ne se révélant pas toujours rapidement efficaces en MRS$​​​​​​​​​​​​​​.

Les recommandations belges$​​​​​​​​​​​​​​ peuvent être résumées comme suit :

  • [indications:316]
  • Précautions générales pour chaque résident :
    • Hygiène rigoureuse des mains : désinfection des mains avec une solution hydro-alcoolique (30 secondes), avant et après chaque contact avec le résident. D'abord laver les mains avec de l’eau et du savon si elles sont visiblement souillées. Prendre des précautions supplémentaires en cas de contact avec du sang ou des liquides corporels.
    • Vêtements de travail appropriés.
    • Entretien ménager régulier et minutieux.
    • Prise en charge appropriée du linge propre et du linge sale (recommandations pour le lavage) et du traitement des déchets.
    • Le matériel de soins (stéthoscopes, thermomètres, …) utilisé pour plusieurs résidents doit être désinfecté entre chaque utilisation. Utiliser du matériel personnalisé le plus souvent possible.
    • Sensibiliser le résident à son hygiène personnelle.
  • Précautions supplémentaires en cas de colonisation ou d’infection à MRSA : la mise en isolement d’un résident peut être très éprouvante pour celui-ci et doit être évitée. Les porteurs de MRSA doivent résider de préférence en chambre particulière, avec accès limité et précautions supplémentaires (masque, gants non stériles, sur-blouse) et spécifiques selon la localisation du MRSA (expectorations, plaie, urines).
  • Le dépistage systématique du MRSA chez les résidents ou soignants n’est pas nécessaire. Un dépistage sera effectué dans les situations suivantes :
    • A chaque admission et réadmission après hospitalisation en l’absence de document de transfert attestant l’absence de MRSA.
    • En cas d’épidémie à MRSA (= 2 nouveaux cas de colonisation ou d’infection détectés à la suite d’un cas index en l’espace d’un mois au sein d’une même unité fonctionnelle).
  • Décolonisation d’un résident positif pour le MRSA (si le MRSA est détecté uniquement dans le nez, la gorge ou le périnée (pas en cas de plaie infectée par MRSA !)$​​​​​​​​​​​​​​:
    • Toilette quotidienne complète du résident, durant 5 jours, avec un savon à base de povidone-iodée ou de chlorhexidine, et lavage des cheveux avec le même produit à deux reprises sur la même période.
    • Application dans les narines d’une pommade nasale, durant 5 jours 3 fois par jour, à base de mupirocine (efficacité prouvée de cette mesure) Et soins de bouche (y compris des prothèses dentaires) durant 5 jours avec une solution désinfectante$​​​.
  • Pour finir, afin de mener une politique adéquate, chaque institution enregistrera des données épidémiologiques concernant le statut MRSA des résidents en maison de repos.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont rédigé des recommandations visant à limiter la diffusion des MRSA en cas d'infection$​​​:

  • Recouvrir les plaies suintantes d'un pansement propre.
  • Se baigner régulièrement et se laver et se désinfecter les mains. 
  • Laver les vêtements après contact avec des lésions cutanées.
  • Ne pas partager des objets susceptibles d'être infectés (serviettes, vêtements, matériel de rasage, matériel de sport).

Les infections cutanées par MRSA peuvent se traiter en ambulatoire, par incision et drainage, complétés ou non par des antibiotiques oraux (sur base de la culture et de l'antibiogramme). Dans les formes étendues et sévères, on commence un traitement antibiotique par voie orale sur base empirique. Le co-trimoxazole est proposé comme premier choix$​​​.

Médicaments sélectionnés

Des recommandations sont établies pour la décolonisation d’un résident positif pour le MRSA (si le MRSA est détecté uniquement dans le nez, la gorge ou le périnée (pas en cas de plaie infectée par MRSA !)$​​​​​​​​:

  • Toilette quotidienne complète du résident, durant 5 jours, avec un savon à base de povidone-iodée ou de chlorhexidine, et lavage des cheveux avec le même produit à deux reprises sur la même période.
  • Application dans les narines d’une pommade nasale, durant 5 jours 3 fois par jour, à base de mupirocine* (efficacité prouvée)$​​​​​​​​.
  • Soins de bouche (y compris des prothèses dentaires) durant 5 jours avec une solution désinfectante.

Médicaments sélectionnés

Des patients avec un abcès important, des symptômes systémiques (fièvre, tachycardie, instabilité hémodynamique), des patients diabétiques ou immunodéprimés seront de préférence hospitalisés pour un traitement parentéral$​​. 

A prendre en considération

Les infections cutanées par MRSA peuvent se traiter en ambulatoire, par incision et drainage, complétés ou non par des antibiotiques oraux (sur base de la culture et de l'antibiogramme). Nous préférons le co-trimoxazole à la clindamycine en raison de la fréquence de résistances croisées des MRSA entre les macrolides et la clindamycine/lincomycine$​​.