Aller au contenu
Attention: Pour améliorer votre expérience sur ce site web, nous utilisons des cookies.
Menu
Login rédaction

Formulaire de soins aux Personnes Agées

Couper, broyer en fonction du type de libération du principe actif

Littérature consultée à la date du : 30/06/2014

Avant de couper ou de broyer un médicament, il convient d’être particulièrement vigilant dès qu’il s’agit d’une forme à libération modifiée. Face aux innombrables possibilités de formes commercialisées, il est impossible de dresser une liste exhaustive des médicaments que l’on peut couper ou broyer. On peut éclairer le lecteur grâce à certaines lignes directrices tout en gardant en mémoire qu’il faut souvent faire du cas par cas…

Une modification délibérée de la libération du principe actif est obtenue par mise en œuvre d’une formulation et/ou d’un procédé de fabrication spéciaux. Pour ces formes à libération modifiée, la vitesse de libération du principe actif est différente (inférieure, différée, supérieure) de celle de la forme à libération conventionnelle administrée par la même voie.

Formes à libération prolongée

La destruction de la forme galénique du produit occasionne la libération brutale d’une dose massive destinée initialement à être libérée progressivement sur une période prolongée et risque donc de mener à un surdosage et à des effets toxiques. Broyer ce type de médicament est contre-indiqué. Quelques médicaments ne pouvant être broyés: Adalat Oros®, Augmentin Retard®, Biclar UNO®, MS contin®, Selozok®, Tegretol CR®.

Par contre, la libération prolongée n’interdit pas systématiquement la sécabilité; dans ce cas, la notice le mentionne explicitement. Certains de ces médicaments peuvent être coupés: Pediaphyllin®, Selozok®,Tegretol CR®.

Les gélules «classiques» qui contiennent des microgranules à action prolongée peuvent être, si la notice le mentionne, ouvertes et les microgranules mélangés à de la nourriture ou à une bois- son (de préférence de l’eau) en veillant à ce que l’entièreté du médicament soit pris et que l’intégrité des microgranules soit préservée (ne pas les mâcher, ni les croquer). Ex: Lasix P®, Redomex Diffucaps®.

Comprimés entériques

On utilise des enrobages appelés gastrorésistants ou entériques, de manière à maintenir l’intégrité du principe actif jusqu’à sa libération au niveau de l’intestin. Cette formulation permet d’administrer des principes actifs irritants pour l’estomac (ex: acide acétylsalicylique), détruits en milieu gastrique acide (ex: substances protéiques), ou encore d’amener un principe actif directement au niveau de son site d’action (ex: Dulcolax bisacodyl®).

La destruction de ces formes galéniques peut mener, selon les principes actifs, à des effets indésirables gastriques ou à une perte d’activité thérapeutique. Broyer ou scinder ce type de médicament est contre-indiqué. Ex.: Cardioaspirine®, Dulcolax bisacodyl®, Losec MUPS®.

Cependant, certains peuvent être dispersés dans de l’eau (mais non pas avec une boisson alcaline telle le lait, qui solubiliserait l’enrobage). Pour les mêmes raisons, l’administration concomitante d’antacide est contre-indiquée. Ex.: Losec MUPS®, Nexiam®.

Les gélules «classiques» qui contiennent des microgranules à libération retardée peuvent être, si la notice le mentionne, ouvertes et les microgranules mélangés à de la nourriture ou à une boisson (de préférence de l’eau) en veillant à ce que l’entièreté du médicament soit pris et que l’intégrité des microgranules soit préservée (ne pas les mâcher, ni les croquer). Ex.: Creon®, Dakar®.

Formes à libération accélérée (vitesse de libération du principe actif supérieure)

Ce type de formulation comprend les formes effervescentes, les formes lyophilisées et «Instant», étudiées soit pour des patients présentant des problèmes de déglutition soit pour des patients qui ont quelque difficulté à prendre leurs médicaments avec des boissons. Pour ce type de formulation, le broyage n’a pas de sens. La division peut être envisagée, selon les comprimés mais avec un risque important de détérioration de la moitié restante (grande sensibilité à l’humidité), si les conditions de stockage ne sont pas correctes.

Dans cette catégorie, on retrouve aussi les formes sublinguales pour lesquelles le site d’absorption est d’une importance primordiale. Ces médicaments doivent être maintenus sous la langue où ils libèrent leur principe actif qui est absorbé par la muqueuse buccale sans subir l’effet de premier passage hépatique. Avaler le médicament peut lui faire perdre une partie, voire la totalité de son efficacité. Ces formes ne peuvent être broyées mais, dans certains cas (voir notice), elles sont sécables (ex: Cedocard® comprimés sublinguaux).