Aller au contenu
Attention: Pour améliorer votre expérience sur ce site web, nous utilisons des cookies.
Menu
Login rédaction

Formulaire de soins aux Personnes Agées

Thrombophlébite superficielle

Littérature consultée à la date du : 31/01/2017

  • Un traitement de la douleur et de l’inconfort est suffisant dans la plupart des cas : paracétamol, éventuellement AINS local (ou oral si pas de contre-indication).

Traitement

Sélectionné

Pour calmer la douleur et lutter contre l’inconfort, un analgésique comme le paracétamol ou un AINS est recommandé. Pour les AINS, il y a des des preuves d’efficacité en termes de réduction de l’extension et du risque de rechute, mais non pour le risque de progression vers une TVP$​​​​​​​. Les précautions d’usage avec les AINS chez les personnes âgées restent de mise.

Sélection
En raison de son rapport bénéfice/risque favorable, nous sélectionnons le paracétamol pour calmer la douleur. 

Médicaments sélectionnés

A prendre en considération

Pour le traitement d’une thrombophlébite superficielle, un AINS local (diclofénac gel sélectionné par ailleurs) pourrait représenter une alternative à un traitement par paracétamol pour calmer la douleur; aucun autre bénéfice (extension locale ou en profondeur, récidive) n’est prouvé pour cet AINS local$​​.

Non sélectionné

Nous n’avons pas de preuves de l’intérêt du port de bas de contention (classe 1 ou 2 si supportés) dans cette indication$​​​​​.

Une méta-analyse conclut à l’efficacité du fondaparinux en cas de thrombophlébite superficielle pour réduire le risque de survenue d’une TEV symptomatique, de l’extension de la thrombophlébite superficielle, de sa récidive, sans augmentation du risque de saignement$​​​​.

En Belgique, le fondaparinux n'est pas enregistré dans cette indication et il est exclusivement réservé à l’usage hospitalier. 

  • Selon le guide de pratique SIGN un traitement par HBPM durant 30 jours pourrait être pris en considération en cas de phlébite superficielle$​​​ sur base de RCTs de qualité discutable montrant une réduction de l’incidence d’extension ou de récidive de thrombophlébite superficielle, sans efficacité significative en termes de prévention des TEV symptomatiques$​​​.
  • Un consensus d’experts belges$​​​, propose, sans références données :
    • Pour une thrombophlébite superficielle limitée à une veine variqueuse, un traitement local jusqu’à disparition des symptômes.
    • Pour une thrombophlébite superficielle impliquant la veine petite ou grande saphène : un traitement par HBPM à dose curative pendant 10 jours ou à doses intermédiaire (50% de la dose curative) durant 20 jours.
    • Pour une thrombophlébite superficielle associée à une thrombose veineuse profonde, un traitement d’une TVP.
  • Une publication de 2010 recommande un traitement par HBPM en cas de thrombophlébite superficielle proximale (documentée par échographie), mais non en cas de thrombophlébite superficielle limitée ou distale$​​​.
  • Au vu de l’ensemble de ces considérations et du manque de preuves, les HBPM ne sont pas sélectionnées dans cette indication thrombophlébite superficielle.