Aller au contenu
Attention: Pour améliorer votre expérience sur ce site web, nous utilisons des cookies.
Menu
Login rédaction

Formulaire de soins aux Personnes Agées

Vaccin contre le pneumocoque

Littérature consultée à la date du : 02/02/2021

  • Le Conseil Supérieur de la Santé a revu en 2020 son positionnement dans la vaccination contre le pneumocoque des personnes âgées.
    • Le vaccin est recommandé chez tous les patients présentant un risque accru d’évolution grave, ainsi que chez ceux présentant des co-morbidités (telles que asthme, BPCO, diabète, maladie de Parkinson, …).
    • Le vaccin est également recommandé chez tous les patients âgés de 65 à 85 ans, même en bonne santé.
  • Il convient d’évaluer, chez les personnes en bonne santé de 65 ans et plus, le bénéfice en fonction des risques et des coûts, mais on ne dispose pas toujours de toutes les données nécessaires pour une telle évaluation.
  • Au-delà de 85 ans, sur une base individuelle, le médecin traitant peut décider vacciner.

Traitement

Sélectionné

  • Selon l'avis du Conseil Supérieur de la Santé (CSS):
    • La vaccination contre le pneumocoque est recommandée:
      • chez tous les patients (jusque 85 ans) qui présentent
        • un risque accru d’infection pneumococcique à évolution grave (entre autres les patients immunodéprimés),
        • une co-morbidité (affection chronique cardiaque, pulmonaire, hépatique ou rénale, maladies neuromusculaires chroniques avec risque de pneumopathie par fausse déglutition, diabète, abus d’alcool, tabagisme)
      • chez tous les adultes en bonne santé entre 65 et 85 ans.
    • La vaccination systématique n’est plus recommandée au-delà de 85 ans, (manque de données d’efficacité).
  • Chez les adultes en bonne santé de 65 à 85 ans, il convient d’évaluer le bénéfice en fonction des risques et des coûts, mais on ne dispose pas toujours de toutes les données nécessaires pour une telle évaluation (voir RCM 12.1.2.6 et Folia de novembre 2020).  Au-delà de 85 ans, sur une base individuelle, prenant en compte le risque d'une infection à pneumocoque et l'estimation de la réponse immunitaire au vaccin, le médecin traitant peut vacciner. Le schéma vaccinal a également été modifié.